Humidification et Refroidissement par Evaporation

Faible humidité et ses effets sur l'infection aéroportée

Une faible humidité favorise la propagation des infections aéroportées

Chacun d’entre nous libère de minuscules gouttelettes d'eau, appelées aérosols, lorsqu'il respire, parle, tousse ou éternue. Les gouttelettes microscopiques sont composées d'environ 97% d'eau et 3% de solutés - sels, protéines et de nombreuses autres substances.

Dans des circonstances normales, cette contribution personnelle à «l'air que nous partageons» n'a aucun effet négatif sur nous. Cependant, lorsqu'une personne souffre d'une infection respiratoire virale ou bactérienne, son air expiré contiendra des microbes nocifs et contagieux. Une fois émis dans l'air, ces microbes nocifs peuvent infecter d'autres personnes, soit par inhalation directe, soit par dépôt sur une surface et par la suite par contact tactile.

L'humidité de l'air est un facteur majeur dans la transmission des microbes en suspension dans l'air.

Dans les atmosphères sèches inférieures à 40% HR, les gouttelettes expulsées perdent rapidement leur teneur en humidité par évaporation. Comme les gouttelettes plus petites restent dans l'air plus longtemps, cette évaporation se traduit par plus de gouttelettes capables de rester dans l'air et augmente le temps global pendant lequel elles peuvent flotter.

La perte d'eau de la gouttelette change également sa structure en un état solide cristallisé. Les virus et les bactéries sont conservés dans une capsule flottante, où ils restent infectieux et ont un plus grand potentiel d'infecter d'autres personnes.

Dans une atmosphère supérieure à 40% HR, les gouttelettes expulsées conservent leur teneur en humidité, sont plus lourdes et moins capables de rester dans l'air. De plus, les sels dissous à l'intérieur des gouttelettes aéroportées restantes créent un environnement hostile pour tous les microbes en suspension, diminuant leur nature infectieuse et tout risque qu'ils présentent pour la santé.

Une humidité supérieure à 40% HR combat les infections aériennes en réduisant la quantité de microbes dans l'air et en inhibant leur capacité infectieuse.

Les gouttelettes de moins de 4 microns expulsées pendant la respiration, la parole, la toux ou les éternuements, peuvent rester dans l'air et infectieuses pendant des heures.

Dans une humidité supérieure à 40%. les solutés sursaturés en eau dans les aérosols infectieux inactivent les microbes et nous protègent contre les infections. Les gouttelettes contenant de l'eau se déposent plus rapidement et ont un "temps de flottement" plus court que dans les atmosphères à faible humidité.

Dans une humidité supérieure à 40%. les solutés sursaturés en eau dans les aérosols infectieux inactivent les microbes et nous protègent contre les infections. Les gouttelettes contenant de l'eau se déposent plus rapidement et ont un "temps de flottement" plus court que dans les atmosphères à faible humidité.

Preuves scientifiques du rôle l'humidité de l'air dans la lutte contre les infections aéroportées